BTS PI

Les professionnels du logement social à la rencontre des étudiants du BTS Professions Immobilières

Par ANISSA BAKKAS, publié le dimanche 6 mai 2018 19:02 - Mis à jour le dimanche 6 mai 2018 19:02
Photo1.jpg

Jeudi 29 mars, Sandrine Debard, chargée de mission chez ABS 26/07 (Association des Bailleurs Sociaux) et Ahmed Diaf, directeur général de Montélimar Agglomération Habitat nous ont honoré de leur présence au lycée pour une rencontre qui a duré toute l'après-midi. 

Après un mini-quizz ludique, les intervenants ont présenter une brève histoire du logement social. Quelques dates qui ont marqué l’histoire du logement social et du pays :  

1894 : Loi Siegfried  : encourage la création d’organismes d’habitations à bon marché (HBM) par des exemptions d'impôts et l'ouverture de sources de crédit (livret A)

1931 : Création de la société coopérative des habitations à bon marché de Montélimar

1958 - 1976 : Création des Zones à Urbaniser en Priorité (les ZUP)

2000 : Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU) qui oblige certaines communes à avoir 20 % de logement sociaux.

Actuellement, la loi ELAN écrit une nouvelle page de cette histoire en chamboulant l’organisation des offices HLM et leur manière de travailler.

Le thème de la gestion locative a également été abordé : l’attribution des logements par une commission spécifique, le montant des loyers 20 à 30 % moins élevé que dans le parc privé, la gestion des impayés (environ 2% comme dans le parc privé), les états des lieux, …

Montélimar Habitat gère plus de 2000 logements et agit au quotidien avec ses 40 salariés pour le confort de ses locataires.

Les métiers présents dans le secteur du logement social sont variés. De la maitrise d’ouvrage en passant par la gestion locative et sociale, les compétences recherchées sont de plus en plus élevées et les missions proposées d’autant plus enrichissantes et valorisantes.

Les étudiants ont pu se faire une image plus précise et réaliste des débouchés professionnels dans ce secteur mais aussi déconstruire une image désuète du logement social. Aujourd’hui, la construction est une des missions centrales des offices, MAH a ainsi produit plus d’une centaine de logements neufs l’an dernier et réhabilité 400 logements anciens. Des logements livrés dans le respect des normes et du développement durable pour allier mixité sociale et performance énergétique.

Le mot de la fin pour 2 étudiants qui ont livré leurs impressions après cette rencontre fructueuse.

Arnaud : « Avant la rencontre, je savais que le logement social était destiné aux personnes ayant peu de moyens ; je supposais que la gestion du logement social était différente de la gestion locative en général. Je pensais que dans un contexte économique difficile (crise, paupérisation et aggravation de la situation pour le public concerné), le logement social devait pâtir des restrictions budgétaires générales.

Après la rencontre, je me suis rendu compte que je savais peu de choses au sujet du logement social et que sa gestion était donc bien plus complexe que je ne l’imaginais. J’ai compris que le bailleur social travaillait avec de nombreuses contraintes. Tout en considérant les moyens réduits du public auquel il s’adresse, il doit proposer des logements et un cadre de vie de qualité, tout en prenant en compte le développement durable. Pour accomplir ses nombreuses missions, le bailleur social doit être efficace et responsable. L’habitat social propose donc des métiers diversifiés et n pleine évolution. J’ai découvert de réelles opportunités de carrière dans un secteur reconnu pour son engagement sociétal. Cette intervention fut donc très intéressante et très instructive. »

Cindy : « Avant l’intervention, je trouvais que le logement social était un bon concept parce qu’il permet de lutter contre l’exclusion des personnes à faibles revenus. Cependant, l’image que j’avais sur la qualité des constructions était plutôt négative. En effet, j’assimilais logement social à habitations de qualité médiocre et petite surface avec un manque de sécurité. J’avais cependant déjà remarqué une évolution sur le plan architectural des logements sociaux. Après l’intervention et après avoir compris comment fonctionnait un organisme HLM j’ai pris conscience que ces organismes publics sont d’intérêt général et luttent contre la pauvreté, contre les stéréotypes, pour le respect de l’environnement… Aujourd’hui le logement social est indispensable et par conséquent les organismes HLM sont indispensables aussi. De plus, la part des logements sociaux dans les communes est en hausse ce qui relève d’une volonté de la part des organismes sociaux de répondre à la demande qui augmente. Les logements sociaux s’intègrent bien dans leur environnement et favorisent de plus en plus la mixité sociale et l’accessibilité aux personnes handicapées. Les logements sociaux veillent aussi à améliorer la consommation d’énergie. Le point négatif pour moi c’est le délai d’attente pour bénéficier d’un logement social qui est je trouve trop long pour des personnes dans le besoin. En définitive, l’intervention ma permis de me conforter dans l’idée que le domaine du logement social est un très bon concept et aussi d’atténuer les clichés, les stéréotypes que je percevais des logements sociaux. »